May 2, 2007

Digg ou quand la communauté prend le contrôle d'un site contre le gré de son propriétaire

Vous connaissez sans doute Digg.com. Le site qui, une fois que vous avez un compte, vous permet de promouvoir les articles qui vous plaisent. Les autres "diggeurs" peuvent aussi "digger", ou pas, les articles soumis. Ainsi, les plus "diggés" se retrouvent sur la première page du site. Pour savoir quel est l'article le plus populaire ces dernières 24h, il vous suffit de cliquer sur "Top in 24 hours".

L'article qui fait la Une, pour ces dernières 48h, a un titre incompréhensible. Il s'agit d'une série de chiffres et de lettres. Un code, vous l'aurez compris. Un code qui donne une clé qui permet la copie illégale de HD-DVD.

Un premier article a donné ce code. Il a été "diggé". L'AACSLA (Advanced Access Content System Licensing Administrator), qui défend les intérêts de l'industrie des DVD et le respect des lois sur le copyright, a demandé à Digg de le supprimer. Ce qui a été fait.

Énervé par cette décision d'effacer un article, que la communauté des utilisateurs avait jugé important, les "diggeurs" sont entrés en rébellion contre le site. Ils se sont mis à poster le code et à le "digger". Digg a alors commencé à supprimer les comptes des contrevenants.

Résultat ? Je vous le donne en mille. La communauté des "diggeurs" s'est mise à "digger" tous les articles contenant le fameux code. Jusqu'au point où, quand j'ai visité le site ce mardi à 9h30, tous les articles de la home page parlaient de ce fameux code pour HD-DVD. Et, à l'heure où j'écris ces lignes, (23h30, mardi 2 mai, NY), le code est dans le titre de l'article le plus "diggé" (33 156 fois). Et cinq, des quinze articles de la première page, abordent le sujet. Il semble que l'équipe de Digg ait rendu les armes.

En essayant d'arrêter une info, les administrateurs de Digg ont, en fait, créé le phénomène inverse. Cette histoire est fascinante à plus d'un titre. Je suis certain qu'elle ne manquera pas de vous interpeler. Elle nous amène, entre autre, à nous poser la question de la propriété d'un site participatif. Qui du consommateur ou de l'administrateur en est vraiment propriétaire ? Dans le cas de Digg, il semble que le consommateur est pris le pouvoir. Le phénomène c'est déjà produit sur d'autres sites. Une leçon à retenir. En tout cas, une histoire qui montre combien le paysage médiatique est entrain de changer en profondeur. Adieu le monologue. Qu'en dites-vous ?

2 comments:

  1. Le combat est sympathique mais je pense qu'on surestime largement les motivations idéologiques des membres de la communauté.
    Enfin le gros problème c'est qu'on peut glorifier le pouvoir de la communauté mais ce n'est pas elle in fine qui devra assumer les responsabilités légales de l'affaire.

    ReplyDelete
  2. Je suis d'accord avec Emmanuel sur le problème d'assumer les responsabilités. C'est un facteur qui est assez sous estimé par les posteurs qui en général estiment au final que le site est le leur.

    J'ai vécu ce genre de problème sur un forum et c'est aussi à ce moment que l'on se rend compte de ce que représente ces sites pour certaines personnes.

    ReplyDelete