Nov 15, 2007

USA : Recul de 20% de la croissance du revenu publicitaire de la presse quotidienne en ligne

La croissance du chiffre d'affaires publicitaire des sites de la presse quotidienne américaine a baissé de 20% pour la première moitié de l'année 2007, selon un rapport de la NAA (Newspaper Association of America). Des journaux habitués à une progression de 30% à 40% par an depuis quelques années.

L'explication qu'avancent certains analystes : les prix trop élevés de la publicité sur les sites des journaux face à une concurrence de plus en plus nombreuse et moins chère. Les petites annonces seraient particulièrement touchées avec la multiplication des sites gratuits. PA qui représentent en général 70% du revenu des sites de presse.

En même temps, le nombre de personnes ayant visité un site de presse quotidienne en juillet 2007 a augmenté de 9% par rapport à la même période en 2006. Soit 59,6 millions de visiteurs pour 2,8 milliards de pages vues. Mais c'est toujours moins que le record de mai 2004 qui était de 60.3 millions.

D'ailleurs, quand on y regarde de plus prêt, on se rend compte que l'audience de la très grande majorité des sites de la presse quotidienne baisse ou, au mieux, stagne. Seuls quelques-uns, comme par exemple le New York Times ou USA Today, sont en progression.

Le temps passé sur les sites de presse augment de 1%, passant à 43 minutes par mois. Soit environ 1,4 minutes par jour. Pour info, la moyenne de consultation d'une page serait de 45 secondes, selon les derniers chiffres de Nielsen. Un internaute en visiterait 1,500 par mois, en 34 sessions, sur 69 sites (aux USA).

Alan Mutter a décortiqué le rapport. Il nous apprend (ici) que le temps passé sur les dix sites les plus actifs de presse quotidienne aux USA n'a été que de 12 minutes par mois entre mars et août. Chiffres qu'il compare avec ceux des dix plus grands sites américains qui connaissent un temps de connexion moyen de 1 heure 14 minutes et 40 secondes. Soit presque le double.

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

3 comments:

  1. Variante de l'interpétation: les sites ont fait le plein de pub, c'est le trafic qui stagne en réalité car la croissance à deux chiffres du nombre d'internautes découvrant le haut débit est ralentie (en phase de saturation).

    Le cout de la publicité n'est pas probleme, en fait il est même inférieur à ce qu'il faudrait.

    Conséquence: début de la phase de concentration (croissance par rachat) qui a en fait commencé depuis plus d'un an...

    ReplyDelete
  2. Le problème avec l'analyse sur les primo-arrivant c'est qu'elle devrait conduire à d'autres conclusions. La croissance n'est plus à deux chiffres. On constate donc une baise du flux de nouveaux utilisateurs. Les sites de médias devraient comparativement mieux s’en sortir s’ils avaient séduit un public fidèle.

    En effet, les leaders du web sont pour l’essentiel des généralistes non segmenté (portail, google & the like) au contraire des sites de médias qui apportent une certaine couleur à l’information, un certain angle. Avec des internautes proportionnellement moins débutants ils devraient comparativement s’en sortir mieux. Me semble-t-il.

    Or ce n’est pas le cas. Les internautes ne leur consacrent qu’une fraction de seconde par jour. Les acteurs MSM ont des croissances plus faibles et Emmanuel parle de marché arrivé à maturité et de rachats.

    N'étant pas un spécialiste de la macro économie mais un praticien il me semble que plusieurs réponses sont possibles :
    - Faire mieux et accentuer l’identification communautaire aux sites médias.
    - Ou admettre que les utilisateurs voient dans l’internet un média global. Auquel cas les sites médias doivent s'ouvrir aux contenus extérieurs (ce qu’ils semblent faire, NYT étant le dernier date).

    ReplyDelete
  3. Petite erreur en conclusion du billet : les leaders du web retiennent plus de six fois mieux leur utilisateurs que les sites médias.
    Cordialement

    ReplyDelete