Aug 31, 2006

L'institut Montaigne veut sauver la presse quotidienne française

"Comment sauver la presse quotidienne", c'est le titre d'un rapport de l'institut Montaigne (dispo en pdf ici) qui vient de sortir et que je viens de finir de lire à l'instant. J'allais écrire un post mais l'ami Emmanuel Parody en propose un très bien (ici). N'ayant pas grand chose à rajouter, je vous laisse le lire.

J'insisterais juste sur une réforme cruciale (il y a 11 propositions au total) que propose le rapport : celle des droits d'auteurs. Un changement s'impose au plus vite si l'on veut avoir une chance de réformer la stratégie business des entreprises de presse et de la tourner vers du multisupport. On n'insistera jamais trop sur ce thème. Je le répète en permanence : la politique actuelle des droits d'auteurs en France est suicidaire pour l'avenir des médias.

Pour le reste, et comme le dit Emmanuel, ces propositions "n’ont pas toutes le même intérêt mais elles ont le mérite pour un public profane d’exposer quelques uns des soucis de notre industrie."

En revanche, c'est toujours ennuyeux de se plaindre de la sous capitalisation de la presse en France, comme le fait le rapport, et d'avoir comme proposition d'injecter un peu plus d'argent public. Contradictoire, à mon avis.

3 comments:

  1. 100% d'accord avec toi sur la question des droits d'auteur véritable épée de Damoclès suspendue au dessus de notre industrie et qui encourage à utuliser le refuge des boites de com pour monter les projets éditoriaux..

    Pour le reste le document est clairement un appel à la puissance publique ce qui peut légitimement faire sourire. Je devais être de bonne humeur en rédigeant mon billet car au fond j'ai trouvé un intérêt pédagogique à ce document. Il détaille des questions très techniques et intimes de notre profession et souvent méconnue hors des murs de notre industrie.

    Sinon j'ai commencé à lire l'étude de David Targy et elle est nettement plus intéressante et pointue que ne le laissait supposer l'interview sur Libé. en particulier elle dissèque la question du modèle économique en ligne avec des arguments chiffrés. Du très bon travail même si certains chiffres sont à mon avis approximatifs.

    ReplyDelete
  2. Emmanuel, j'espère que tu nous en diras un peu plus sur ton post.

    ReplyDelete
  3. J'y étais à cette conférence, ma première du genre, et même si le thème abordé pourrait être sujet à des débats sans fins, je trouve toujours intéressant d'entendre parler de son métier !

    2 petits repproches à cette initiaves:
    Dommage que dans ce cercle de reflexion, il n'y est aucun directeur de quotidien national, cela me parraisait pourtant dans la logique des choses (peut être en off?).
    Dommage également que le succès des gratuits n'est pas été plus abordé.

    Un des points que j'ai retenu concerne la perte de confiance accordée à la presse par nos lecteurs, notamment à cause de sa subjectivité. Le lecteur se sent donc plus en confiance avec des infos brèves et donc avec les gratuits. Pour eux brièveté = crédibilité...Ca laisse songeur

    Autre point, d'importance réside dans la fonction même de la presse quot. A l'heure d'Internet et de l'info continue, les scoops n'attendent plus l'impression du lendemain (de tps en tps le parisien), .....et oui je termine ma phrase comme ça ;-)

    Enfin, il est important de dire également que les aides de l'états dont parle le rapport, sont majoritairement consacrés aux imprimeries et relativement peu aux rédactions et autres administrations. Donc bon....

    Voilà je pourrait en parler des heures, de l'évolution des journalistes, de la crise en général, de la baisse de 50% de la presse en Corée, des 21.000 titres de la presse mag, mais je conclurerais, de façon peut etre utopique, juste en disant , que l'avenir de la presse réside dans l'éducation des nouvelles générations au toucher, à la sensibilité du papier, à l'heure du numérique cela est difficile, mais peut être salutaire....

    A++

    ReplyDelete