Aug 8, 2007

Le New York Times va-t-il arrêter son espace payant ?

La rumeur selon laquelle le New York Times va arrêter son espace payant en ligne -- TimesSelect -- devient de plus en plus précise. Cette fois, c'est un autre journal de New York qui en parle : le New York Post (à lire ici en anglais).

TimesSelect a un peu plus de 220 000 abonnés. Le coût de l'abonnement est de $50 par an. Un nombre d'abonnés qui a très vite stagné. Depuis le départ, je m'interroge sur l'intérêt de cet espace payant. Sachant qu'il s'est fait sur les pages qui attiraient le plus de trafic. Combien de revenu publicitaire perdu ? On ne le sera sans doute jamais.

Je crois et écris depuis longtemps que c'est peine perdue d'essayer de vendre, dans la très grande majorité des cas, du contenu d'information en ligne. Si le New York Times arrête, il viendra le confirmer.

Car comme l'écrit aujourd'hui Scot Prat de Publishing 2.0, à propos de cette rumeur : "The new economics of media make charging for content nearly impossible because there is always someone else producing similar content for free -- even if the free content isn't 'as good as' the paid content by some meaningful metric, it doesn't matter because there's so much content of at least proximate quality that the paid content provider has virtually no pricing power. As smart, talented, and insightful as the New York Times columnists behind the paid wall are, the are too many other smart, talented, insightful commentators publishing their thoughts on the Web for free."

3 comments:

  1. Il va falloir que les titres de presse admettent cette réalité, les contenus écrits payants ne feront jamais autant d'audience que ce qui est gratuit, d'autant plus que l'information est un bien perissable.

    Surement un gros gap psychologique et culturel à franchir pour des maisons anciennes et établies comme le Times... La naissance du site Rue89 en France est la consequence de l'incapacité de Libération à admettre la logique du web : gratuité et participation.

    ReplyDelete
  2. Je ne suis pas persuadé qu'il faille tirer une leçon définitive de cette rumeur. Ce qui est dicutable c'est d'avoir rendu payant les billets des chroniqueurs plutot que d'autres contenus. Décision bizarre que je n'ai jamais vraiment compris.
    Pour le reste oui le mode payant suppose d'assumer une croissance limitée du trafic.
    Le payant consitue une barrière d'entrée certes risquée mais qui sera payante sur le long terme. La question c'est de savoir si le jeux est valable pour la presse grand public

    ReplyDelete
  3. Rumeur pour rumeur, en voici une autre : Le Wall Street journal réfléchirait aussi à arrêter le payant.
    Ceci dit, comme je le fais comprendre dans mon post, je pense que le payant est possible pour quelques supports spécialisés avec un contenu à haute valeur ajoutée. Qui de plus n'attire jamais des volumes de pub suffisant pour être rentable avec un système purement pub.
    Je reviendrai dans un ou plusieurs posts sur la notion de valeur qui me semble déterminante à analyser.

    Mais, dans un même temps, il faut aussi regarder la réalité en face. L'info est gratuite dans la très grande majorité des cas. Le modèle publicitaire représente la majorité des revenus de la presse écrite dans le monde occidentale. Et pour les pays où ce n'est pas tout à fait encore le cas, la machine est en route dans ce sens.

    ReplyDelete